Impacts de l’incertitude et de l’ambiguïté sur la pratique des SIRS : Exploration à l’aide d’études de cas en assainissement industriel

Thèse de doctorat effectuée en cotutelle à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne (ENSM-SE) (Formation doctorale de l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon) et à la Faculté de l’Aménagement, Université de Montréal (UdM) Par Vincent ROCHE

Soutenue le 20 décembre 2000

TITRE : Impacts de l’incertitude et de l’ambiguïté sur la pratique des SIRS : Exploration à l’aide d’études de cas en assainissement industriel

NATURE : Thèse présentée à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne en vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences et Techniques du Déchet et à La Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal en vue de
l’obtention du grade de Philosophiae Doctor (Ph.D.) en Aménagement

Numéro d'ordre :240 ID

RESUME :

Cette thèse comporte deux principales parties :

I Développement d’un cadre conceptuel relatif à la pratique des SIRS

En aménagement du territoire, les modalités de conception et d’utilisation d’un Système d’Information à Référence Spatiale (SIRS) dépendent du type de contexte décisionnel auquel il est intégré : la gestion, la planification stratégique ou la négociation. De ce fait, le SIRS doit témoigner, de manière appropriée, des besoins en gestion de l’incertitude et de l’ambiguïté caractéristiques d’un type de contexte décisionnel. D’une part, ces deux concepts sont illustrés par le niveau requis de flexibilité du processus de traitement de l’information. D’autre part, ils s’expriment au travers de la qualité de l’information classiquement caractérisée par son exactitude, sa complétude, sa cohérence, son opportunité et son intelligibilité, mais aussi par son réalisme, son interprétation, sa dialectique, sa projection et son originalité. Nous proposons un guide d’aide à la pratique des SIRS issu du croisement entre les caractéristiques des contextes décisionnels retenus et les attributs relatifs à la qualité de l’information. Des applications SIG sont développées pour chaque type de contexte décisionnel afin de confronter la pertinence de ce guide avec ces études de cas.

II Illustration à partir d’applications SIG

Une application SIG en gestion : un organisme chargé de la gestion du milieu récepteur souhaite hiérarchiser ses interventions de contrôle réglementaire auprès des établissements industriels. Il peut, à l’aide d’un SIG, simuler le trajet probable de déversements toxiques potentiels en temps d’orage afin de déterminer les risques localisés d’impact sur le milieu récepteur, de même que les sources potentielles de pollution industrielle.

Une application SIG en planification stratégique : un organisme chargé de la planification du traitement des effluents industriels souhaite analyser la faisabilité d’options de gestion collective en tenant compte d’indicateurs d’économies d’échelle, de coûts de transport et de vulnérabilité au déversement. Le couplage d’un SIG avec une procédure opérationnelle composée de fonctions d’optimisation sous contraintes peut constituer un support d’aide à la décision.

Une application SIG en négociation coopérative : un organisme animant un processus de négociation relatif à la gestion collective des effluents industriels souhaite stimuler le débat entre acteurs publics et privés aux perceptions, valeurs et intérêts différents. Il peut proposer une méthode d’aide à la négociation basée sur les principes du jeu de rôle et sur un couplage entre un SIG et une méthode d’analyse multi-critères dans le but de rechercher une combinaison « contextualisée » d’options individuelles et collectives d’assainissement industriel tout en respectant les règles d’une négociation coopérative.


Mots-clés :

aide à la décision, qualité de l’information, SIRS, assainissement industriel

Laboratoire de recherche :
Centre Sciences, Information et Technologies pour l'Environnement, École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne

Directeurs de thèse :
Michel Boisvert et Didier Graillot

Président de jury :
Monsieur Christian Brodhag, Directeur de recherche, Centre SITE, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne
Composition du jury :
Monsieur Michel Boisvert, Professeur, Faculté de l’Aménagement, Université de Montréal
Monsieur Didier Graillot, Directeur de recherche, Centre SITE, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne
Monsieur Jean-Jacques Chevallier, Professeur, Centre de Recherche en Géomatique, Université Laval
Monsieur Pierre Dumolard, Professeur,Département de Géographie, Université Joseph Fourier de Grenoble